Retour

Primeurs 2020

La vente en primeurs est une vieille tradition bordelaise dont les origines précises sont aussi anciennes qu’incertaines.

La vente en primeurs est une vieille tradition bordelaise dont les origines précises sont aussi anciennes qu’incertaines.

L’explication qui me semble la plus vraisemblable est que la vente en primeurs telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire une vente anticipée d’un vin qui est en cours d’élevage, un an environ avant sa livraison, remonte à la généralisation de la mise en bouteille au château dans le courant du XXeme siècle. Auparavant, les vins étaient vendus en vrac dans l’hiver suivant la récolte.
Longtemps cantonnée à l’intimité de la relation commerciale entre le négoce et la propriété, la vente en primeurs s’est peu à peu ouverte aux clients du négoce, partout dans le monde, et par extension, au particulier.
Ce développement a contribué à placer Bordeaux au cœur du marché, avec notamment la nécessité pour les acheteurs du monde entier de venir découvrir le nouveau millésime in situ. La dégustation primeurs est ainsi devenue un moment fort de l’année, un RDV incontournable.

Tous les ans, début avril, environ 6000 professionnels du vin, venus de tous pays, viennent à Bordeaux pour ce rituel immuable.
Immuable ou presque…

Tous les ans, début avril, environ 6000 professionnels du vin, venus de tous pays, viennent à Bordeaux pour ce rituel immuable. Immuable ou presque…
Et parallèlement, nous avons à nouveau envoyé des échantillons de par le monde pour permettre à nos clients de découvrir ce millésime 2020 si particulier.

Une fois encore, il a fallu s’adapter. Adapter nos dégustations à Bordeaux, au Château Belgrave, à un contexte sanitaire très exigeant. Nous avons ainsi pu accueillir certains de nos clients Français, Allemands, Suisses, Belges, Italiens… qui tenaient absolument à venir.

Et parallèlement, nous avons à nouveau envoyé des échantillons de par le monde pour permettre à nos clients de découvrir ce millésime 2020 si particulier.

Nous pensions le fonctionnement des primeurs immuable. Mais la pandémie a, là aussi, rebattu les cartes, et a permis à cette organisation unique dans le monde des grands vins (et enviée de tous), de se réinventer, de s’améliorer encore, et in fine de se renforcer.

Fort heureusement, ce que la pandémie n’a pas altéré, c’est le l’intérêt pour les grands vins, et la place centrale de Bordeaux parmi ceux-ci !

La campagne primeurs du millésime 2020 qui bat son plein en est la plus belle illustration !

En 2020, la pandémie a empêché la tenue de ces dégustations. Il a fallu tout envisager, tout revoir, et se réinventer. En sortie de confinement, quelques maisons de négoce majeures, dont CVBG fut l’une des plus actives et volontaires, certains châteaux, ainsi que l’Union des Grands Crus, ont œuvré pour échantillonner les principaux clients. Un enfer logistique, mais un impératif commercial.

Dans la foulée, la campagne du millésime 2019 que l’on craignait impossible quelques semaines plus tôt a été lancée, avec le succès que l’on sait. Ce fut intense !

Au sortir de cette campagne éclaire, une conclusion s’imposait : il fallait revoir le calendrier des primeurs. Ce qui fut fait dès le mois de juillet 2020.

Vint le temps des vendanges, avec la promesse d’un nouveau millésime de très haut vol, et l’espoir d’une nouvelle belle campagne primeurs, qui se déroulerait dans un contexte plus serein.

C’était avant la deuxième vague de covid, puis la troisième…

il fallait revoir le calendrier des primeurs. Ce qui fut fait dès le mois de juillet 2020.